Accumulation du capital et croissance économique

I- L’investissement et ses déterminants

1.      La diversité des investissements      

Investir : engager de l’argent dans un projet en renonçant à une consommation immédiate et en acceptant un certain risque pour accroître ses revenus futurs.

Investissement : notion à la fois économique et financière.                                                 Financière -> placement. On parle d’investissement de portefeuille.                                Economique ->achat de biens d’équipements durable, de bâtiments, de logiciels qui sont utilisés de façon répétée dans le processus de production. Cette définition correspond à la FBCF.

a)      Investissement brut et investissement net. Investissement de remplacement/de     capacité/de productivité

3 types d’investissement matériel (= FBCF) :

-          Investissement de remplacement  = amortissement

-          Investissement de capacité : achat de machines, de bâtiments on de logiciels visant à accroître les capacités de production afin de répondre aux besoins de la demande.

-          Investissement de productivité (= de modernisation ou de rationalisation) : a pour objectif d’être plus compétitif

Investissement de capacité + investissement de productivité = investissement net (FNCF)

Taux d’utilisation des capacités de production = capacités de production employés par rapport à la capacité de production total.                                                                                                                 Si taux= 100 % ->saturation. Si taux> 100 % ->sous-utilisation. Si taux<100 % ->sur-utilisation.

b)      Investissement matériel/Investissement immatériel

Investissement matériel : augmentation du capital fixe (achat de machines, de bâtiments)

Investissement immatériel : achat de services qui contribuent à augmenter la production et la productivité (formation des salariés, R&D, logiciels, marketing)

Le poids de l’investissement immatériel a fortement augmenté entre 1990 et 2000.

c)       Financement de l’investissement

Types d’investissement

1970’s : financement bancaire est la 1ère source de financement, les entreprises s’endettent (économie d’endettement) car les taux d’intérêts réels sont faibles

1980-1990 : autofinancement devient la 1ère source de financement. A partir de 1982 la politique de rigueur de Delors (désinflation compétitive) rend le partage de la VA favorables aux entreprises (on observe donc une hausse du niveau d’épargne).De plus les taux d’intérêts augmentent et parallèlement l’inflation diminue => les taux d’intérêts réels sont beaucoup plus fort.

2000’s : financement par les marchés devient la 1ère source de financement mais cette tendance avait déjà été observé au milieu des années 1980 grâce à la mise en place de la règle des 3D (désintermédiation, décloisonnement, dérèglementation) qui assouplit la réglementation pour pouvoir se financer sur les marchés.

L’investissement se mesure à l’aide de la FBCF (en valeur ou en volume). En 2009 elle s’élève à 392 milliards d’€.

Les 3 grands investisseurs sont les sociétés non-financières, les ménages et les administrations publiques.

Historique du partage de la VA et de l’investissement :

De 1960 à 1973 : Partage de la VA favorable aux salariés. Les taux d’intérêts réels faibles permettent aux entreprises de s’endetter.

De 1973 à 1984 : Partage de la VA reste favorable aux salariés grâce à la politique mené par Mauroy. Investissement morose.

Mais politique de rigueur mise en place en 1982 par Delors qui permet une augmentation du taux de marge. Sur la fin de cette période les entreprises se désendettent avant de pouvoir à nouveau investir

De 1985 à 1990 : Investissement très dynamique car les entreprises se financent de plus en plus facilement sur les marchés.

De 1991 à 1997 : Faiblesse de l’investissement car ralentissement de la croissance qui entraîne du chômage et donc un ralentissement de la demande. Les entreprises font donc des investissements de portefeuille. Le taux de marge reste élevé.

De 1997 à 2000 : Reprise de l’investissement grâce à l’explosion des NTIC.

De 2000 à 2003 : Léger ralentissement de l’investissement.

De 2003 à 2009 : Reprise en douceur depuis 2003. En 2009 recul de l’investissement de 7% en France.

Les pires années en termes d’investissement sont 1975, 1993 et 2009.

2.      Les déterminants de l’investissement

a)      Profit réalisé ou profit brut courant(profit d’aujourd’hui)

Il est évalué par le taux de marge.                                                                                             Raisonnement des économistes de l’offre aussi appelés les libéraux : plus le taux de marge est fort, plus le niveau d’épargne est important, plus l’entreprise est en capacité d’autofinancement et plus elle investit.

« Les profits d’aujourd’hui sont les investissement de demain et les emplois d’après-demain.» (Chancelier Schmidt)

Cf. la période 1985-1990 : période dynamique pour l’investissement car hausse du taux de marge et donc de l’épargne entrainant une augmentation du taux d’autofinancement.

Mais la corrélation est imparfaite, le profit n’entraîne pas toujours l’investissement comme le prouve la période de 1991 à 1997.

b)      Profit espéré et investissement = profit escompté, retour sur investissement, rentabilité économique

L’entrepreneur va calculer le niveau de profit qu’il peut dégager par rapport à un montant de capital investi. Ce calcul s’appelle le taux de rentabilité économique.

La rentabilité économique dépend : du taux de marge, c’est-à-dire de la façon dont est partagée la VA mais aussi de la VA dégagée par le capital investi.

c)       Taux d’intérêts et profitabilité de l’investissement

L’entrepreneur va faire un choix entre :

-          Investir dans du capital fixe

-          Ou placer le même montant sur les marchés financiers.

Pour cela il calcule sa profitabilité (comparaison entre le taux de rentabilité économique et le taux d’intérêt réel).

Profitabilité = taux de rentabilité économique - taux d’intérêt réel.

Si la profitabilité est supérieure à 0 -> investissement. Si la profitabilité est négative -> investissement de portefeuille.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×