L'organisation du travail connait-elle véritablement une mutation ?

L'organisation du travail connait-elle véritablement une mutation ?

 

 

Plan : Les nouvelles formes d'organisation du travail présentent-elles une véritable rupture avec le modèle tayloriste?

 

I.                   L'Organisation du travail a connu des mutations au cours du XXème siècle:

A. Le fordisme et taylorisme rencontrent des limites..

•                     caractéristiques du taylorisme: E.U.A. début XXème,

double division du travail:

verticale: séparation des taches des ouvriers et des ingénieurs

horizontale: spécialisation des ouvriers sur une tache,, chronométrés...

=> fort gain de productivités

•                     caractéristiques du fordisme: 1914

introduction du convoyeur

standardisation du produit ( Ford T)

5 $ a day.

•                     Limites:

économiques: -ne correspond plus à la demande (diversité et différenciation)

-système de production rigide=> pas adaptable

-concurrence internationales à partir de 1970

-contexte économique difficile

sociales: -aliénation du travail

- déqualification du travail => sabotage, absentéisme...donc baisse de la productivité. Les temps modernes, Chaplin 1936

-inadéquation entre les offres d'emplois et les demandes (montée de l'éducation, qualification)

Mayo: l'école des relations humaines

56: Le travail en miette de Friedman

 

B. ...qui entraient une nouvelle forme du travail: le toyotisme

–                    Rupture en terme de modèle de production. Modèle qui part de la demande jusqu'à la production: mise en place de flux tendu, du juste à temps

–                    Rupture dans le type de produit offert: diversité des produits et meilleure qualité des produits.

=> 5 zéros d'Ono

–                    Rupture en terme de modèle social. Obejectif: faire participer les salariés à la production (culture d'entreprise, groupe semi autonome, cercles de qualité, rotation des postes, polyvalences...). Le modèle est moins basé sur la division verticale.

 

 

 

II.                Cependant, cette mutation peut etre remise en cause:

A. Le toyotisme connait aussi des limites sociales comme le taylorisme (pression du client. on retrouve les conditions de travail qui restent aliénantes: autonomie mais à quel prix..):

–                    Les systèmes de flux tendu imposent un certain rythme de la production et de la pression (suicides au travail)

–                    Le type d'organisation de production qui nécessite de la flexibilité aussi bien des employés que des chaines de production. Dans les périodes ou la demande est changeante, vont se multiplier les formes atypiques d'emplois avec un dualisme du marché du travail avec la théorie de la segmentation de Piore et Doeringer

 

B. Il persiste certaines caractéristiques du Tayloro-fordisme.

 

- Les systèmes toyotistes ne se sont pas diffusés partout en Europe, beaucoup d'entreprises travaillent encore sur des modèles inspirés du taylorisme en particulier dans les services, par exemple le « phoning » ou le «télé performance » ou bien au Mcdonald.

 

 

 

 

 

Conclusion: Neotaylorisme?????

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site