Correction de la dissertation : Comment les transformations du marché du travail ont entraîné l'exclusion et obligé au changement de notre système de proctection?

Comment les transformations du marché du travail ont entraîné l'exclusion et obligé au changement de notre système de proctection?

 

 

  1. Les transformations du travail ont entraîné l'exclusion:

1)                 Chômage et précarité entraînent perte de revenu et perte des droits sociaux et conduit à la pauvreté: - exclusion de la societé de conso

- perte de logement

- peu d'anticipation ni projet d'avenir (DOC3)

–                    définition de la pauvreté (DOC6)

–                    expliquer CASTEL et son processus de désafilliation ainsi que son ouvrage «les métamorphoses de la question sociale: une chronique du salariat »

 

2)                 Chômage et précarité  ont des conséquences sociales (DOC5)

–                    perte d'identité professionnelle

–                    sentiment d'inutilité

–                    perte d'estime de soi

–                    fin du collectif de travail intégrateur

–                    ruptures familiales et amicales (PAUGAM et le calcul d'instabilité conjuguale en fonction du travail)

–                    DESJOUR « le travail me rend intelligent »

 

  1. Ce qui oblige à adapter notre système de protection social:

1)                 L'évolution du marché du travail tend vers une logique plus universaliste sans renoncer à sa base corporatiste.

–                    Chômage précarité font apparaître de nouvelles populations d'exclus qui n'étaient pas prises en compte par le système bismarkien d'origine. (DOC1)

–                    Le système corporatiste ne fonctionne que sur une logique de cotisations assisent sur le travail (assurances sociales) Ex: prestations assurances maladies, retraite, certaines prestations familiales.

–                    Il faut passer à une logique plus universaliste c'est à dire une logique qui ne dépend de la situation de travail, ces prestations doivent être uniformes donc dépendantes des besoins et des revenus. Création de minimas sociaux comme le RMI en 1988 (2007 : RSA) et CMU en 2000

2)                 La montée du chômage et de la précarité oblige à repenser le système de financement de l'état providence.

–                    La montée du chômage et de la précarité tarissent les ressources cad les cotisations sociales et augmente les dépenses. Ex: exclusions, chômage. L'état est donc face à une crise financière (déficit (DOC2) ce qui oblige à repenser le mode de financement vers plus de fiscalisation CSG) (DOC4). Ceci est d'autant plus important que les cotisations sociales viennent aloudir le côut du travail et joue sur l'efficacité du modèle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site